Revue de presse

Estimable prestation d'un chanteur attachant

C'est sans grande prétention, c'est d'autant plus estimable.

Den nous est pour la plupart inconnu. On se l'imagine bien en veillée, avec des voisins, des amis. Là, il se retrouve sous le chapiteau de Barjac. Et le public est resté jusqu'au bout, séduit par ses chansons bien troussées, par ce personnage sympathique, talentueux et pas avare d'humour. Comme quand il nous chante ces flatulences qui inquiètent la couche d'ozone : pas un pet de travers dans ses propos environnementaux.

Sans tout à fait lui décerner le titre de chanteur école, de porte-paroles de José Bové, force est de constater que le vert nourrit les vers de Den. De l'art et la manière de traiter des problèmes, même les plus graves, de ce monde. Non forcément avec distance, encore que, mais avec le sourire, comme pour passer la pilule. De telles préoccupations n'empêchent pas l'évocation de doux plaisirs, fût-ce par le truchement des bovidés, tout ça pour vanter les charmes féminins, « la beauté secrète / cachée à l'intérieur. » 

Amour toujours, on peut être plus sur sa réserve à entendre Elle est sale, qui nous décrit une femme en tous points répugnante : là, la drôlerie du propos se discute, ça fait un peu Patrick Sébastien ... Bon, ça n'entame pas trop la (très) bonne impression d'ensemble de ce set : l'humour et la tendresse (malgré tout) et des piques bienvenues comme cette Complainte du milliardaire réjouissante.

Sans être un particulier coup de coeur de ce Barjac 2013, Den a trouvé sa place ici, dans ce festival exigeant dont il ne dépare pas. Ce Belge aux vers qui respectent le protocole d'une chanson de parole part avec notre grande estime. On se souviendra de ce « rêver, rêver / c'est le seul moyen de garder du feu dans nos regards... »

Michel Kemper pour nosenchanteurs.eu - Août 2013

Une voie chaude

Une voix chaude à la Jofroi, venu lui aussi de Belgique. Concernant Jean-Paul Den j'aime bien sa veine caustique comme l'évocation de « La complainte du milliardaire » et son « Pas le profil », chronique d'un quidam à la peine. Ou encore ces « Nouvelles technologies » qui habitent dorénavant notre quotidien pour partager nos humeurs, missives modernes.

Robert-Frédéric Migliorini pour «  Le petit format » - n°117 Janvier-Février 2012 [pdf] - La lettre d'information des adhérents du Centre de la chanson à Paris

Chant'appart chez les belges

Jean-Paul Den nous revient avec un nouvel album intitulé « En harmonie ». La plume y est toujours aussi talentueuse. Et les mélodies sont inspirées de la chanson française traditionnelle. Mais cela n'a rien de péjoratif car tous les morceaux sont habillés d'un modernisme de qualité. Le travail est ainsi d'excellente facture et nous révèle 12 titres variés dans la thématique et la musique.
J'ai découvert le Belge Jean-Paul Den il y a quelques années par une chanson pleine d'humour et de réalisme : « Des parents qui s'aiment ». Le parolier y faisait montre d'un talent d'observateur hors pair. Cela lui permit de remporter le prix du public au concours de chanson française de Savigny-sur-Orge (Paris). Il reçut aussi, à propos de ce texte, un joli compliment de Lynda Lemay.
Comme un artisan qu'il est, Jean-Paul poursuit donc son chemin d'auteur, compositeur et interprète pas à pas. Aujourd'hui, l'album « En harmonie » est la preuve d'un travail qui s'affirme. Avec humour, légèreté mais aussi sérieux et profondeur.

Humour et légèreté

Des chansons comme « Impératif », « Complainte du milliardaire » ou « Nouvelles technologies » sont à ranger dans cette catégorie. Les deux dernières sont en prise directe avec l'actualité. Et chacun d'entre nous pourra se reconnaître, un peu ou plus, dans l'énumération de ces nouveaux moyens informatiques qui nous permettent de contacter tout le monde sans se retrouver en face de qui que ce soit.

Sérieux et profondeur

Sans manquer pour autant de l'humour avec lequel tout message passe généralement mieux, Jean-Paul Den évoque aussi quelques problèmes de notre société. « Pas le profil » permet ainsi à pas mal d'entre nous de nous confronter avec une situation peut-être vécue. Combien de fois n'a t'on pas entendu cette phrase dans notre vie professionnelle ou autre : « c'est bien mais, désolé, vous n'avez pas le profil ». Ce fameux « profil » qui est maintenant devenu une porte d'entrée pour les réseaux sociaux et plein d'autres applications informatiques.
Et puis il y a les chansons qui évoquent, avec tendresse et sensibilité, les aléas du couple : « C'est bagarre », « Dans l'anonymat » ou la superbe chanson d'amour « De toi je ne doute pas ».
Enfin, des chansons plus personnelles prennent une place de choix sur l'album. On fait ainsi plus ample connaissance avec l'artiste qui porte sa préférence sur les « femmes globes » et qui rend hommage aux disparus des champs d'honneur : « Les croix alignées », chanson qui a un lien de parenté éloigné avec « Les cimetières militaires » de Pierre Louki.
Voilà donc un opus qui s'écoute de manière agréable du début jusqu'à la fin. Les arrangements musicaux soignés n'y sont certes pas pour rien. Mais la diversité des thèmes abordés influe beaucoup aussi sur cette écoute qu'elle soit attentive ou non.

Toute information sur l'album « En harmonie » ainsi que la possibilité de l'acheter se trouvent sur le site de l'artiste.

Daniel Barbieux, Journaliste-Animateur RTBF Vivacité Charleroi. Chroniqueur: Chant'appart chez les Belges - novembre 2011

D'urgence d'ici

Il faut refaire notre retard, transmettre et accepter ceux qui se démènent pour exister, peu importe la région d'origine. Ainsi, les chansons nouvelles de Jean-Paul Den pourraient venir de partout, tant le propos global s'adresse à tous. Né Deneyer d'une mère flamande et d'un père wallon, Jean-Paul assure la première partie de Julos en 1974. Après de nombreuses années d'interruption, cet auteur compositeur est revenu interpréter ses propres chansons à partir de l'an 2000. La guitare sur le dos, Den propose six ans plus tard il y a un chemin. Il aime les voies nouvelles, les sentiers comme le joli "Saint Gérard", il se demande où sont passés les gens honnêtes / où sont les gestes sans facture / ceux qui ramènent ce qu'on leur prête.
La guitare sèche en évidence, la voix bien en place, le piano en embuscade, les chemins de Jean-Paul sont ceux de traverse surtout quand il avoue non sans humour Ma femme préfère Chelon, ou quand il doit choisir Chez le diable ou chez Dieu.
Bien sûr, un chemin est difficile, Renoncer c'est le pire, chante-t-il quand un autre aborde Le fauchage tardif, un troisième nous emmène N'aimer que toi.
Les chansons de cet album sont de facture classique, bien à l'abri des autoroutes du succès éphémère. Elles sont faites dans le bonheur simple de l'écriture de la maturité. Une initiative d'ici à encourager d'urgence.

Commentaires de Guy Delhasse (écrivain, journaliste) dans "La revue générale", janvier 2007

Commentaire d'Alain Stievenard dans l'émission 'Paroles et Musiques'

Jean-Paul Den, quand on regarde le parcours de Jean-Paul Den, on s'aperçoit qu'il est finaliste au Festival du Rire de Rochefort avec des chansons humoristiques et qu'il est aussi finaliste du Concours International Jean Darlier avec une chanson d'une triste actualité:''Afghane''.

Voilà qui prouve la richesse de ses textes et les ressources de l' homme. Dans un monde où l'on classe facilement les gens, sa démarche est donc peu courante et difficile. J'aurais tendance à lui conseiller d'aller résolument vers le comique, le reste viendra tout seul.

Commentaire d'Alain Stievenard dans l'émission 'Paroles et Musiques', qu'il présente sur 'Radio Club 105.7 FM Stéréo , dans le nord de la France. Janvier 2003

Jean-Paul Den pour ouvrir la saison. L' homme qui piège les mots!

Pour voir la 'Vie autrement', pas nécessaire d' aller 'Au bout du monde' Ni même à la 'Gare du Midi'. Jean-Paul Den chante ses textes samedi à Enghien.

Le 'Parolier' et chanteur, Jean-Paul Den est'il sorti comme 'D'une poche d'un Kangourou'? Possible ? Mais il sort aussi finaliste du Festival de Rochefort 2000 et de plusieurs autres concours en 2001 et 2002, avec un troisième prix au Grand Prix Yves Montant de Lille. Et puis, à l' échelle locale, rapplons la présence de cet Enghiennois - et de sa guitare - dans le groupe Ca gratte ma puce.

Tout ceci pour dire qu'on peut aller à son concert les yeux fermés (mais toutes oreilles dehors). Et, si quelque méfiance subsiste, une petite visite sur son site s'impose. On y trouvera les textes de ses chansons. Mais il en a écrit plus encore, dont quelques-uns qu'il chantera ce samedi à la Maion Jonathas à Enghien, accompagné de deux guitaristes, un bassiste, un accordéoniste-pianiste et un percussionniste.

G.V.D.D, "Le Courrier de l'Escaut", le vendredi 21 février 2003

Tout s'arrange.

"Tout s' arrange, un titre évidemment ironique. Comme le suivant qui prend le contre-pied de la sagesse populaire pour rappeler opportunément que Bien mal acquis profite aussi. C' est qu'il s' agit souvent de Compenser mais la question existentielle demeure : peut-on aimer une jolie femme flic? Une écriture classique sans doute mais qui n' est pas sans charme, ni tendresse lorsque notre chanteur, dans Premier jour d' école, s' efforce de consoler le gosse qui pleure. Enregistré avec des copains musicos, une fois chez l' un, une fois chez l' autre, voici un premier opus sympa. "

Francis Chenot ' Une autre chanson'

Vert aufray, en harmonie den

Dans l'anonymat, Complainte du milliardaire, Qui pleure pour ... sont des chansons qui ne feront jamais du bas commerce, qui ne monteront jamais aux cieux des marchands de hit-parade et qui ne seront jamais populaires. Tout à fait logique. Elles ouvrent l'album « En harmonie » de l'auteur-compositeur d'Enghien Jean-Paul Den.
Un bourlingueur du coeur qui refuse les claques et le clinquant pour consacrer ses énergies à écrire des textes qui photographient en couleurs les travers de notre brave petite société en train de se casser royalement la figure, car, s'il nous invite à nous méfier des Nouvelles technologies, s'il faut rigoler devant les Pas le profil, s'il faut s'émouvoir devant Les croix alignées, Den nous donne de longs textes à lire, à méditer, à arracher au confort des bêleurs médiatiques du moment.
Les treize nouvelles chansons qui composent « En harmonie » sont faites de ce bois qui exige l'écoute, l'attention, le durable et le non jetable. Des caractéristiques qui font de ces chansons portées par une voix limpide et une diction parfaite de solides moments d'émotion partagée. Au fond, si « En harmonie » restera sûr Dans l'anonymat, c'est pour nous faire prendre conscience qu'il est temps de sauver nos oreilles en retrouvant les chemins de la bonne chanson dite « à texte », calme et francophone ... Pas populaire, d'accord mais à découvrir surement.

Chronique «Chanson vivante» de Guy Delhasse du numéro de janvier 2012 de «La Revue Générale».

Échos de radios

Les textes ironico-humoristico-poétiques sont délivrés avec conviction par une voix qui ne manque pas de charme et de piment. L'accompagnement s'adapte parfaitement aux temps de ces 2 titres qui méritent incontestablement une suite car nous avons affaire à un excellent univers et un style personnel dans un monde musical actuellement hélas bien trop formaté et imposé. Un talent rare à suivre de près.

Radio Celtic à Benodet (2 passages par jour pendant 4 semaines), janvier 2010

Merci de nous faire partager tout cela, amour et espoir

Radio Gwlays à Leforest (2 passages par jour pendant 8 semaines), janvier 2010

Nous aimons bien le discours et la forme de XVI moins XVI mais la deuxième chanson est un peu trop gentille pour nos vilaines ondes.

Radio Alternances FM à Nantes (3 à 5 passages par semaine pendant 4 semaines), janvier 2010

Bravo pour l'humour. Nul doute qu'il aura sa place dans nos émissions.

Radio Triage à Migennes, janvier 2010

De la chanson française réaliste comme on l'aime. Bien d'aujourd'hui.

Radio Pulsar à Poitiers (passages en nouveauté dans une émission chanson française tous les lundis), janvier 2010

Et encore dans d'autres émissions ...

Radio Arcenciel à Orléans - Radio BLV à Bourg Les Valence - Radio Sorgia FM à Bellegrade - Radio VFM à Valence d'Agen

Écho du label Tacet

J'ai écouté votre travail et vous félicite pour votre talen, notamment la chanson anticléricale XVI-XVI. Tous mes voeuxvous accompagnent pour la suite de votre carrière.
Bien cordialement

Didier Pascalis, Directeur de "Tacet", label d' Allain Leprest - 24 mai 2010

Une autre chanson

Jean-Paul Den : Il y a un chemin Un de ces artisans qui poursuivent leur petit bonhomme de chemin en dehors des modes et des pressions du show-business. Un artisan, donc quelqu'un soucieux de belle ouvrage. Et Jean-Paul Den a le sens des mots, qu'il chante d'une voix juste à la diction claire, comme en attestent les onze chansons de cet album "Denise" autoproduit, où il est accompagné de six musiciens dont les noms ne vous diront rien, mais qui font proprement leur boulot. Des chansons qui vous parlent d'amitié, d'amour, de la vie avec ses espoirs et ses difficultés :

Comme si c'était facile
de marcher sur un fil
(...) Comme si les cris font peur
Comme si les peurs se crient

Et l'humour peut être au rendez-vous :
A ce qu'on nous passe en radio
Je préfère la magie des mots
Il y a les Brel les Caussimon
Les Cabrel et les Souchon
Ma femme préfère Chelon
(...)
C'est le hasard tu me croiras
Notre chien s'appelle Sampa
J'ai bien rassuré le cabot
Ca aurait pu être Obispo
(...) Ma femme préfère Chelon

De toute manière, Renoncer c'est le pire, car "C'est mourir en chemin".

Francis Chenot, Extrait de 'CD d'ICI' page 20 de « Une autre Chanson » n° 119 - Printemps 2007.
Trimestriel fondé en 1980 par Albert Faust et Francis Chenot sous le parrainnage de Jean Ferrat

Jean-Paul Den

« Un répertoire à découvrir ou redécouvrir pour la richesse de ses textes, l'humour omniprésent, l'interprétation sans faille. »

Suzanne Ferry 'Cabaret aux Chansons'

Chronique d'Alain Stievenart, suite au dernier CD de Jean-Paul Den

Jean-Paul Den n'abandonne pas sa passion pour la chanson, celle qu'il façonne entièrement, celle qui parle autrement de la vie de tous les jours, celle qui fait du quotidien un évènement (Des parents qui s'aiment), celle dont les musiques sont autant d'atmosphères différentes. Chez lui les valeurs ne se perdent pas.

Alain Stievenard - Valencienne - Mars 2004

Nous sommes l'anti-star academy

Un concours de la chanson française s'est tenu ce dimanche 17 novembre 2002 à la Petite Cave à Lille.

Sous les voûtes de la Petite Cave, rue Saint-André, treize artistes, auteurs-compositeurs-interprètes, sont venus faire la preuve de leur talent, à l'invitation du patron, Jean-Pierre PIRLET. Ils ont défendu les valeurs de la chanson française, loin des stéréotypes commerciaux.

JPP, présente les artistes, et les invites à donner le meilleur d' eux même, la salle s'émeut des prestations de Marie Eberlé et de son père François, elle tremble des trémolos dans la voix d' Yves Scheer, elle se noie dans la poésie de Lucien Pascal. Puis elle s'arrache à sa torpeur pour prêter attention au talent de Didier Romain, elle applaudit des malices de Jean-Paul Den, sourit du jeu de sène de Sandrine Szymanski, elle s' esclaffe des grimaces de Sophie Terol. Elle est conquise. Si le genre est le même, les répertoires varient, se complètent, se répondent. "Ce n'est pas ringard, la chanson française, martèle Jean-Paul Den, l'un des artistes qui concourent. Seulement il faut venir à elle, sortir de chez soi. La chanson à texte demande des conditions d'écoute particulières, suppose l'intimité de lieux exigus, pas de grosses salles anonymes. La chanson française demande qu'on vienne à elle." Alors bien sûr les applaudissements ravissent les artistes mais ceux-ci aimeraient défendre leur musique en bien plus d'un titre. C'est un concert qu'ils voudraient donner. Jean-Paul est venu d' Enghien (Belgique) à la rencontre de ce public. Mais il est aussi venu pour les autres auteurs-compositeurs-interprètes qui, comme lui, cherchent à se faire connaître, ont entamé 'le parcours du combattant propre à ce genre musical'. Une manière de se serrer les coudes et d'oublier, le temps d'un récital, "la musique en boîte qui coure sur les ondes" ?
Le classement: 1ère Sophie Terol, 2em Yves Scheer, 3em Jean-Paul Den.

Aurélie Lemaître, journal du Nord de la France le 18 novembre 2002

Ces inconnus qui nous dérangent. Chanson d'ici. Quand les amateurs sortent leur galette, en douceur.

"Jean-Paul Den à la démarche sûre des amateurs convaincus de concrétiser leur plaisir de chanter. C'était un jeune gars plein d' espoir dans ses débuts lointains, il a fait une pause avant de revenir proposer ses nouvelles chansons sur un premier disque autoproduit. Il écrit ses textes, compose ses mélodies. Sa démarche est celle d' un citoyen qui reste éveillé aux bruits du monde. Tout s' arrange sans vraiment s' arranger. Une jeune avec un vieux, ça frissonne d' ironie, compenser est un mot difficile, les premiers jours d' école sont de beaux moments, une femme flic est toujours une femme Au fond, Jean-Paul Den raconte ses observations en tendresses souriantes avec ses musiciens qui chaussent les baskets de la complicité. C' est vrai, ça ne sonne pas très moderne, c' est du recuit cuisine parce que ça suinte l' intemporel dans sa modestie. Jean-Paul Den n' a plus l' âge d' être candidat pour la gloire, encore moins de prétendre à la richesse. Ses six chansons glissées dans un petit album planté à la lisière du temps ne sont qu'un simple coffret de passions qui méritent attention. "

Guy Delhasse 'Journal Le Matin'